La mort de l’ambassadeur LUCA ATTANASIO en RDC : l’ONU exige une enquête rapide

MONUSCO/Abel Kavanagh
La province du Nord-Kivu dans l’est de la RDC.

Trois personnes, dont l’Ambassadeur d’Italie, ont été tuées lundi à la suite d’une attaque par des éléments armés non identifiés au nord-est de Goma, dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC), contre une délégation qui allait visiter un programme d’alimentation scolaire du Programme alimentaire mondial (PAM). 

Outre l’ambassadeur d’Italie en RDC, Luca Attanasio, les deux autres personnes décédées ont été identifiées comme étant, un membre de l’ambassade italienne et un chauffeur du PAM, a indiqué l’agence onusienne dans un communiqué de presse. Le PAM a précisé qu’un « certain nombre d’autres passagers voyageant avec la délégation ont été blessés au cours de l’attaque ».

L’attaque contre les deux véhicules a eu lieu à Kibumba, à 25 kilomètres au nord-est de Goma, dans la province du Nord-Kivu. Les deux premières victimes ont été tuées durant l’attaque, l’Ambassadeur Attanasio a reçu des soins d’urgence à l’hôpital de la Mission des Nations Unies en RDC (MONUSCO) à Goma où il a succombé à ses blessures, a précisé la MONUSCO dans un communiqué de presse.

Le PAM a déclaré qu’il collaborerait avec les autorités congolaises pour déterminer les détails de l’attaque, « qui a eu lieu sur une route qui avait préalablement obtenu l’autorisation de voyager sans escorte de sécurité ».

L’ONU demande une enquête rapide

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, et son Représentant spécial adjoint en RDC, David McLachlan-Karr, ont condamné avec la plus grande fermeté cette attaque.

M. Guterres a présenté ses plus sincères condoléances aux familles des défunts, ainsi qu’aux gouvernements d’Italie et de la RDC. Il a exprimé en outre sa pleine solidarité avec les collègues du PAM et toute l’équipe des Nations Unies dans le pays.

M. Lachlan-Karr, qui assure l’intérim à la tête de la MONUSCO, s’est dit « bouleversé par la mort de l’Ambassadeur Luca Attanasio, de l’un de ses collègues, ainsi que d’un collègue du Programme alimentaire mondial ». 

« Les responsables de cette attaque doivent être identifiés et poursuivis avec la plus grande détermination », a-t-il ajouté.

Le Secrétaire général a demandé au gouvernement congolais « d’enquêter rapidement sur cette attaque odieuse d’une mission conjointe des Nations Unies sur le terrain et de traduire les auteurs en justice », a dit son porte-parole, Stéphane Dujarric, dans un communiqué de presse. 

Le chef de l’ONU a réaffirmé que l’Organisation continuerait d’appuyer le gouvernement et le peuple congolais dans leurs efforts pour instaurer la paix et la stabilité dans l’est du pays.

Lors d’un point de presse à New York, le chef des opérations de paix des Nations Unies, Jean-Pierre Lacroix, s’est fait l’écho du message du Secrétaire général. Il a déclaré que l”ONU « appuiera l’enquête » qui sera menée concernant cette attaque.

M. Lacroix a rappelé que les Casques bleus ont payé un lourd tribut à la fin de l’an dernier et au début de cette année, avec sept Casques bleus tués en République centrafricaine en moins de deux mois et cinq Casques bleus tués au Mali.

« Cela met en évidence le fait que malgré tous les efforts que nous avons déployés et (…) qui ont abouti à une amélioration significative de la sûreté et de la sécurité de nos soldats de la paix, il y a beaucoup à faire », a-t-il ajouté, soulignant que les opérations de paix travaillent dans des environnements extrêmement difficiles. Avec ONU Info

Please follow and like us:
0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
15 + 12 =


Follow by Email
Facebook0
Facebook