RDC: BEMBA GOMBO s’est entretenu samedi avec SAMA LUKONDE

Jean-Pierre BEMBA GOMBO et JM SAMA LUKONDE devant la presse (Ph. DT)

Le Sénateur Jean-Pierre BEMBA GOMBO et Président National du Mouvement de Libération du Congo (MLC), s’est entretenu samedi 20 février 2021, à Kinshasa, avec le Premier Ministre Jean-Michel SAMA LUKONDE KYENGE, “pour le féliciter de sa nomination et l’encourager dans ses nouvelles fonctions et les nombreux défis qui l’attendent”, a-t-il écrit le Sénateur sur son compte Twitter.

La Rédaction

Please follow and like us:
0

Décentralisation : Gabriel KYUNGU wa KUMWANZA élu Président de l’Assemblée Provinciale du Haut-Katanga

Gabriel KYUNGU wA KUMWANZA (Ph. Okapi.net)

Gabriel Kyungu Wa Kumwanza, a été élu ce samedi 20 février 2021, à Lubumbashi, chef-lieu de la Province du Haut-Katanga, Président de l’Assemblée Provinciale.

Le Président National de l’Union Nationale des Fédéralistes du Congo (UNAFEC), l’unique candidat de l’Union Sacrée, a obtenu 42 voix sur 43 députés provinciaux votant et un bulletin nul.

Monsieur Gabriel KYUNGU wa KUMWANZA, succède à Freddy KASHOBA qui a été destitué du perchoir, le 12 février 2021 par l’assemblée plénière de son institution parlementaire provinciale.

Par ailleurs, les élections des autres membres du Bureau définitif de l’Assemblée Provinciale du Haut-Katanga se poursuivent poste par poste. MNK

Please follow and like us:
0

RDC: des policiers désormais en charge de la sécurité des résidences de Joseph Kabila

Président honoraire Joseph KABILA (Ph. DT)

La garde rapprochée de l’ex-président Joseph Kabila démilitarisée en pleine crise avec son successeur Felix Tshisekedi. Désormais, ce sont des policiers qui assureront la garde des différentes résidences de l’ancien président, qui s’est installé dans sa ferme du Katanga depuis la mi-décembre. Jusqu’ici, Felix Tshisekedi se partageait la Garde républicaine avec son prédécesseur, avec qui il a mis fin à la coalition qu’ils formaient.

Le processus a été enclenché dès fin janvier. Des barrières et blindés qui quadrillaient les rues autour de la résidence privée de l’ex–président au centre-ville de Kinshasa ont été levées et une avenue entière a été ouverte à la circulation.

Le détachement militaire chargé depuis de nombreuses années de protéger ladite résidence a reçu l’ordre de se replier dans le camp militaire Tshatshi, assure-t-on dans l’entourage de Kabila. Il avait été prévenu, selon l’un de ses proches conseillers. Mais ce week-end, une nouvelle étape a été franchie.

Le commissaire général de la police nationale a désigné une quarantaine de policiers pour assurer la sécurité de Joseph Kabila et de sa famille autour de leur résidence de Kingakati, dans la banlieue de la capitale. Par ailleurs, selon l’entourage de l’ex-président, l’ensemble des militaires restés à son service ont été notifiés de leur fin de mission. 

Pour Julien Lubunga Bayombe, le chargé de mission de Joseph Kabila, cette action est inopportune. « Le président n’a vraiment pas intérêt à susciter des conflits, comme si c’était ces gardes qui l’empêchaient de réaliser son projet ou sa vision », réplique cet ancien journaliste devenu proche collaborateur de Kabila.

« Ce que le peuple congolais entend de lui, c’est de s’occuper du social comme la pénurie d’eau dans la capitale Kinshasa ou bien encore l’insécurité qui jusque-là était focalisée à Beni, dans le Lubero, Itombwe, Minembwe ou encore en Ituri, mais qui aujourd’hui a tendance à se généraliser à travers toute la République. C’est ce que le peuple attend et non pas dégarnir la sécurité de son prédécesseur », recadre-t-il.

La Garde républicaine est « chargée de protéger le président en fonction, sa famille et ses hôtes de marque », rappelle-t-on du côté de la présidence, sans plus de commentaires. En théorie, c’est la police qui est chargée de protéger les autorités civiles, mais pour ce qui est d’un ancien président élu, la loi ne le précise pas. Elle prévoit des dispositions dans des termes plus génériques : l’allocation d’un service de sécurité doté des moyens conséquents comprenant, précise la loi, deux gardes du corps, trois éléments de sa suite et une section chargée de protéger sa résidence. Avec rfi.fr

Please follow and like us:
0

Décentralisation : la 7ème Conférence des Gouverneurs ouverte à Kinshasa ce lundi par le Président de la République

Le Président de la République, Félix-Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO (Ph. capture d’écran)

Le Président de la République, Félix-Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, a ouvert ce lundi 28 décembre,  les travaux de la 7ème Conférence des Gouverneurs de Province, qui se tiennent du 28 au 29 décembre 2020, à Kinshasa, en vue de rechercher les voies et moyens pour rendre opérationnel le processus de la décentralisation à travers les provinces de la RDC.

Cette 7ème Conférence des Gouverneurs, est placée sous le thème : « Gouvernance des Provinces dans l’Environnement Démocratique actuel : défis et opportunités».

Le Président de la République a, dans son allocution, invité tous les gouverneurs, à être au service de la nation, soulignant que «tout acte de sabotage dû à la politique publique ne sera pas toléré ni impuni».

Il a instruit les ministres des Finances et du Budget à réserver une suite favorable à la question liée au retard de 18 mois de paiement de la rétrocession due aux provinces.

Le Chef de l’Etat a rappelé aux gouverneurs, la situation politique du pays en ce qui concerne la débâcle de la Coalition FCC-CACH, avant de demander à chacun d’eux de mettre fin au détournement des deniers publics et à travailler pour l’intérêt supérieur de la population congolaise.

Les conflits récurrents entre les Exécutifs provinciaux et les Assemblées provinciales, la mauvaise gestion du patrimoine public en province, la question de la rétrocession, de la caisse nationale de la solidarité et de la retenue de 40%, ont été évoquées par le Président de la République, qui a promis de trouver une solution idoine à toutes ces préoccupations.

Le Président de la République a, à cette occasion, conscientisé les gouverneurs à s’inscrire valablement dans la voie du changement que prône le peuple congolais, précisant que « le peuple congolais n’a pas besoin des discours, mais d’un changement dans la gestion des Finances publiques».

Pour sa part, le gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny NGOBILA MBAKA, a souhaité la bienvenue à ses collègues gouverneurs, peu avant de présenter ses vœux de paix, bonheur, santé et  prospérité, au Chef de l’Etat, Premier Ministre, aux membres du gouvernement central ainsi qu’aux gouverneurs de provinces présents, à Kinshasa.

Il a aussi invité ses collègues gouverneurs, au respect de gestes barrières, en vue de barrer la route à la propagation de la deuxième vague de la pandémie de Coronavirus pendant la tenue de ces travaux.

Le gouverneur Gentiny NGOBILA MBAKA, a esquissé quelques suggestions que la 7ème Conférence des Gouverneurs, va se baser pour trouver des pistes de solutions, à savoir, la tenue semestrielle de la Conférence des gouverneurs rotative, le rétablissement de l’ordre institutionnel dans les provinces, la libre administration des provinces, la retenue à la source de 40%, la caisse de péréquation etc.

MNK

Please follow and like us:
0

La rétro 2020 en RDC

La carte de la RDC (DT)

L’année 2020, a été marquée sur le plan sanitaire par l’apparition de la pandémie de Coronavirus, un virus redoutable et d’une haute cruauté mortelle qui continue son œuvre dévastatrice à travers la planète terre.

La RDC n’a pas été épargnée par ce virus mortel qui était atterri au pays, le 10 mars 2020, à côté d’une autre épidémie hémorragique à virus Ebola, dont le pays faisait face dans le Nord-Kivu, l’ex-Province de l’Equateur et dans celle de l’Ituri, mais qui a été éradiquée.

Sur le plan politique, la RDC a enregistré plusieurs événements détails, dont la mésentente entre le FCC et le CACH, la tenue des consultations politiques et sociales, initiées par le Chef de l’Etat, Félix-Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, au mois de novembre, en vue de mettre sur pied une “Union Sacrée pour la Nation”, la dissolution de la Coalition FCC-CACH, la destitution du Bureau de l’Assemblée Nationale par les députés nationaux et la désintégration du FCC etc.

Dans le secteur de la justice, on a noté également le procès de 100 jours et la lutte contre la corruption ainsi que les antivaleurs et la restauration d’un Etat de droit.

A ce tableau, s’ajoute également la situation sécuritaire dans l’Est de la RDC, où les groupes armés continuent à semer la terreur et la désolation au sein de la population congolaise.

En économie, la dépréciation de la monnaie nationale face au roi dollar américain et le COVID-19, ont accentué ainsi la cherté de la vie.

Sur le plan social, on a enregistré tant de difficultés de tout genre, grognes sociales dans le secteur éducatif, santé et autres.

En sports, Junior MAKABU et Martin BAKOLE, ont fait parler de la RDC au plus haut niveau de la Boxe mondiale en remportant les combats, dans la catégorie WBC. Le Basketball et le Judo, ont été également sous les projecteurs.

L’année finissante n’a pas été de tout repos pour les dirigeants du pays qui ont été confrontés à tant d’épisodes de catastrophes naturelles et naufrages sur les rivières et lacs du pays (…).

La Rédaction

Please follow and like us:
0

RDC: le Président de la République s’est entretenu samedi avec Jean-Pierre BEMBA et Moïse KATUMBI

Actualité, Politique 0 commentaire
Le Chef de l’Etat échangeant avec JP BEMBA et Moïse KATUMBI (Ph.P.P)

Le Président de la République, Félix-Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, s’est entretenu dans la soirée de samedi 26 décembre, avec les Présidents du Mouvement de Libération du Congo (MLC), Jean-Pierre BEMBA et celui de l’Ensemble pour la République (ER), Moïse KATUMBI.

A l’issue de cet entretien de 3 heures, rien n’a filtré à la presse sur cette rencontre tripartite.

TSHIBUABUA ISSA

Please follow and like us:
0

RDC: “mais, je savais que le seul vouloir n’allait pas suffire” (Extrait du discours sur l’état de la Nation, du Président de la République, du 14 décembre 2020)

Actualité, Politique 0 commentaire
Président Félix-Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO (Ph. Congodec.net/ Capture d’écran)

“Mais, Je savais que le seul vouloir n’allait pas suffire. Qu’il fallait établir un cadre politique et institutionnel qui soit propice à leur mise en œuvre. Et que, dans le même élan, j’ai formulé le vœu qu’ensemble, dans le cadre de notre Coalition, mon prédécesseur et moi-même allions relever les défis qui s’imposaient à nous tous en tant que citoyens de ce beau pays”.

En effet, telle qu’elle était pensée après les élections de 2018, la coalition FCC – CACH avait pour vocation non seulement de garantir une alternance pacifique et éviter à notre pays des conflits majeurs, mais aussi à servir de catalyseur pour que l’action du Gouvernement puisse mieux rencontrer les attentes de la population.

Malheureusement, la réalité des faits est que, malgré les efforts que j’ai déployés, les sacrifices que j’ai consentis et les humiliations que j’ai tolérées, cela n’a pas suffi à faire fonctionner harmonieusement cette coalition. Cela n’a pas non plus empêché l’émergence des difficultés de tous ordres au sein de celle-ci, rendant ainsi aléatoire la concrétisation du changement tant réclamé par notre peuple.  Face à cette situation qui menaçait, à la longue, le fonctionnement normal de nos institutions dont Je suis le garant, il me fallait absolument réagir, mieux agir.

Ce que j’ai fait en trois temps : tout d’abord en lançant, le 23 octobre 2020, un appel à tous mes compatriotes, toutes tendances confondues, de nous rassembler dans une UNION SACREE de la NATION, autour des principes, des valeurs et d’actions dédiés au service de la population ; ensuite, me fondant sur les prérogatives que me confère l’article 69 de notre Constitution, j’ai engagé de larges consultations des forces vives de la nation à travers des leaders les plus représentatifs de la Société civile et de la classe politique afin de recueillir leurs avis et éventuelles recommandations sur les solutions de sortie de crise ; enfin, par mon message à la Nation du 6 décembre dernier, j’ai rendu public les décisions que j’avais prises, enrichies par les apports de différents groupes et personnalités consultés.

En effet, comme cela est ressorti dans mon dernier message à la Nation, j’ai noté une forte convergence entre la très grande majorité des parties consultées et moi- même sur la nécessité de : rompre avec une coalition FCC – CACH devenue paralysante pour l’action du Gouvernement ; nommer un informateur aux fins d’identifier une coalition, conformément à l’alinéa 2 de l’article 78 de la constitution ; procéder à la formation d’un Gouvernement d’Union Sacrée de la Nation qui travaillera en harmonie avec le Chef de l’Etat ; mettre en œuvre les réformes issues des consultations dont la plupart sont les mêmes que celles voulues par le Président de la République et contenues dans le programme du Gouvernement.

C’est le lieu ici de rendre un vibrant et mérité hommage à vous, Honorables députés et sénateurs de toute tendance politique, qui avez participé activement à ces consultations où vous vous êtes appropriés des résultats et décisions qui en ont découlé, en vous inscrivant dans la dynamique de travailler avant toute chose dans l’intérêt du peuple dont vous êtes les représentants. Comme Je n’ai cessé de vous le rappeler, vous avez un rôle immense à jouer pour aider à corriger les excès du passé, à implémenter un nouveau mode de gouvernance et à veiller à ce que nous ayons un Congo pacifié, plus efficace, plus démocratique et surtout plus solidaire.

C’est pourquoi, la mission du nouveau Bureau sera de se pencher sur la revalorisation de la mission parlementaire, tout en veillant bien sûr à un meilleur traitement des députés.

La crise à laquelle nous avons assisté au sein de l’Assemblée nationale et son dénouement démocratique exemplaire à travers le traitement et le sort réservé à la pétition engagée par les députés de tous bords contre l’ancien Bureau, constitue un indice sérieux de maturité politique. Ce fait tend à démentir une certaine doxa populaire qui soutient encore que le sort de notre pays ne peut s’inscrire que dans le sang, la violence, les rébellions, les assassinats et autres coups d’Etat.

Le moment est donc venu de comprendre qu’il n’y a d’alternative à la construction démocratique que dans la paix et la concorde nationale, aussi laborieuse soit-elle. Que l’on soit de la Majorité ou de l’Opposition, chacun doit jouer sa partition dans l’amour du pays et de son peuple, et dans le respect des institutions.

Le processus de maturation de notre démocratie est irréversible. Il doit se refléter dans les prochaines échéances de remplacement de nouveaux membres du Bureau. Dans le même ordre d’idées, pour témoigner la reconnaissance de la patrie envers ses filles et fils qui auront agi dans l’intérêt du peuple, j’annonce qu’en juin 2021, en marge de la célébration du 61ème anniversaire de notre indépendance, la Patrie témoignera sa reconnaissance envers le Premier ministre Patrice Emery Lumumba, un des héros nationaux dont on n’aura procédé au rapatriement des reliques et à qui on donnera enfin une sépulture digne de son sacrifice pour la patrie.

La Rédaction

Please follow and like us:
0

RDC: le Chef de l’Etat annonce la création d’une Ecole de Guerre en 2021

Actualité, Politique, Sécurité 0 commentaire
Président de la République, Félix-Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO (Ph. Capture d’écran)

Le Chef de l’Etat, Félix-Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, a annoncé la création d’une Ecole de Guerre en 2021, fruit de la coopération bilatérale entre la RDC et la France, lors de son discours de l’état de la Nation, prononcé ce lundi 14 décembre devant les députés nationaux et les sénateurs, réunis en Congrès, au Palais du Peuple, à Kinshasa.

« J’annonce la création d’une école de guerre l’année prochaine en RDC. Les travaux de construction de l’Académie de Police vont commencer au début de l’année prochaine », a fait savoir le Chef de l’Etat.

Les FARDC seront dotées des moyens nécessaires pour les offensives et les dissuasions face aux forces négatives, a promis le Président de la République.

« La situation sécuritaire demeure toujours préoccupante dans l’Est et dans le nord-est de notre pays. Je vous appelle à soutenir mon action pour mettre fin à l’insécurité», a-t-il indiqué.

Le Président TSHISEKEDI, a aussi salué la reprise de la coopération avec les Etats-Unis et remercié la MONUSCO, la Brigade d’intervention des Nations unies et tous les partenaires pour leur soutien. MNK

Please follow and like us:
0

Kinshasa : Jean-Pierre Lacroix s’entretient avec les leaders de Lamuka et du FCC

Actualité, Politique 0 commentaire
Martin Fayulu et Adolphe Muzito au sortir, lundi 14 décembre 2020, d’un entretien avec le secrétaire général adjoint de l’ONU chargé des opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix. Radio Okapi/Ph. Martin Sebujangwe

Arrivé dimanche soir à Kinshasa, le secrétaire général adjoint des Nations unies chargé des opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix, s’est entretenu ce lundi 14 décembre avec les leaders de Lamuka et du Front commun pour le Congo (FCC).

M. Lacroix a reçu Martin Fayulu et Adolphe Muzito, tous deux de Lamuka, plate-forme de l’opposition congolaise. Par la suite, il a échangé avec le groupe du FCC, représenté notamment par Néhémie Mwilanya et Emmanuel Ramazani Shadary

Pendant son séjour en RDC, il est prévu que Jean-Pierre Lacroix rencontre le Président Félix Tshisekedi ainsi que les acteurs de la classe politique congolaise et de la société civile. 

Il a également prévu une mission dans l’Est du pays, au Nord-Kivu et Ituri, pour la supervision des actions de l’ONU. Okapi.net

Please follow and like us:
0

RDC: le Président de la République va prononcer son discours sur l’état de la Nation, lundi prochain (Alexis TAMBWE MWAMBA)

Actualité, Politique 0 commentaire
Image d’illustration du Président TSHISEKEDI devant les élus du peuple réunis en Congrès (Ph.P.P/Archives)

Le Président de la République Félix-Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, va prononcer lundi, son discours devant les deux chambres du Parlement réunies en Congrès, conformément à la Constitution de la RDC, a annoncé, le Président du Sénat, Alexis TAMBWE MWAMBA, au cours d’une séance plénière tenue vendredi 11 décembre, dans la chambre haute du Parlement.

Il sied de noter que c’est l’occasion constitutionnelle offerte au Chef de l’État, avant la clôture de la session ordinaire du Parlement prévue le 15 décembre prochain, de rendre compte au peuple à travers la représentation nationale.

Le Président de la République se penchera peut-être sur la situation générale du pays (politique, sécuritaire, diplomatique, économique et social) et donnera des indications nécessaires sur la façon dont le pays sera conduit dans les trois prochaines années en partant des réalités rencontrées lors de deux premières années de l’exercice de son mandat.

La Rédaction

Please follow and like us:
0
Follow by Email
Facebook0
Facebook